Quelques questions à se poser

 

Double ou triple vitrage ?

La performance d'une menuiserie est appelée Uw (U window), qui représente le niveau de performance global exprimé en watt par °K. La performance dépend du châssis (Uf - frame), du vitrage (Ug - glass), et de quelques autres paramètres (nature des intercalaires, …). Plus ce chiffre est bas, meilleure est la performance.

Chez les bons fabricants, les menuiseries à vitrage double se caractérisent par un Uw moyen autour de 1,20 suivant le rapport vitrage/châssis (le châssis est moins isolant). La valeur Uw des menuiseries à triple vitrage descend souvent sous la valeur 0,90.

La différence est d'environ 0,30 watt par heure, par m2 et par différentiel de T° entre intérieur et extérieur. Si on considère une journée d'hiver où la moyenne des T° est de 20° intérieure et 0° extérieure, et une surface totale des menuiseries d'une maison de 17m2, le gain de passer en triple - sans considérer les apports solaires - s'élève à (0,30 * 24 * 20 * 17) = 2448 Wh ou 2,45 kWh, soit l'équivalent de 5 à 8 lampes basse conso allumées jour et nuit.

Outre la diminution des transferts de calories par conduction dont nous venons de parler, un avantage du triple est la diminution du ressenti "paroi froide" et la diminution des effets de convection.

Bémol, les menuiseries sont plus lourdes, l’énergie grise supérieure,. La capacité du triple vitrage à laisser entrer les rayons du soleil, et donc de réchauffer l’habitation de façon passive, appelée « facteur solaire », est généralement plus faible, le prix plus élevé, même si le temps de retour sur investissement reste très raisonnable (4 à 8 ans suivant les régions).

Quelques chiffres rencontrés fréquemment  :

  • Ug double : 1,10. Triple : 0,60

  • Facteur solaire (coefficient g) double : 0,63. Triple : 0,52

  • Transmission lumineuse (TL) double : 0,80. Triple : 0,73

  • Affaiblissement acoustique double : 30 dB. Triple : 34 dB

  • Augmentation de prix : 4 % pour les petites fenêtres, 7 % pour les moyennes, 10 % pour les grandes

Les choix se feront donc en fonction de l'endroit où est situé le logement, de son altitude, de l'orientation des fenêtres par rapport au soleil, de la présence ou non de masques solaires, des différentiels de T° jour/nuit, des T° moyennes en hiver et en été, des protections solaires ainsi que par la volonté de limiter au mieux l’impact climatique de son habitât.

La technique des vitrages a largement évolué ces dernières années. Des vitrages dits « de niche » contredisent parfois ces valeurs standards.

Chez St Gobain, le vitrage triple appelé « planitherm lux » (g=0,62) égale presque le facteur solaire des vitrages doubles, tout en conservant une performance thermique excellente (Ug=0,70). Ce vitrage triple est donc le bienvenu en face sud d’une habitation située là où les différentiels de T° jour/nuit sont importants.

D’autres vitrages, dits « à limitation solaire », sont souvent employé en face ouest,, ceci pour éviter les surchauffes estivales. Bémol, la transmission lumineuse s’écroule également.

Des vitrages acoustiques permettent la limitation des bruits extérieurs. A considérer en zone urbaine ou à côté d’un axe de circulation.

 

Vitrages de sécurité (feuilleté) 44.2., 44.6, SP10
La composition d'un vitrage feuilleté se présente sous la forme suivante : épaisseur du 1er verre (en mm), épaisseur du second verre, nombre de couches d'intercalaire PVB (poly(butyral de vinyle)). Par exemple, un verre feuilleté 44.2 est composé de 2 verres de 4 mm assemblés par un intercalaire PVB de 0,76 mm.
44.6 ou SP10 (c'est la même chose) constitue le vrai vitrage anti-effraction. Il résiste grosso modo à 15 coups de masse.
44.2 est plutôt un vitrage utilisé pour la protection des personnes (chutes, blessures). On l'utilise par exemple pour les allèges (partie basse d'une menuiserie en plusieurs parties). 44.2 assure également une protection contre le bris de glace (résistance aux jets de pierre).
Les prix entre 44.6 et 44.2 sont largement différents puisque 44.6 entraine une plus-value de 100€ HT/m2. Le prix de 44.2 est pour sa part légèrement supérieur au vitrage standard.
Il est utile de contacter votre assurance afin de vérifier si elle vous impose des contraintes particulières en terme de mesures anti-effraction.

 

L'altitude et les vitrages

Vous rappelez-vous ? Au début des années 2000, plusieurs vitrages triples avaient éclaté. La rumeur est toujours persistante, associant triple et bris de vitrage. Les menuiseries d’habitations situées en altitude (grosso modo au-delà de 700m) doivent être accompagnées par une régulation de pression afin d’éviter les bris de vitrages, qu’ils soient doubles ou triples. Un bon artisan ou un bon conseiller l’inclura dans ses devis.

Au delà de 700m, il est prudent dans certains cas d’opter pour des verres trempés (souvent appelés « ESG »). Votre artisan ou votre conseiller se tourneront vers le bureau technique du fabricant de vitrages afin d’en définir l’utilité. Un conseil dès lors si vous habitez en altitude : faites-vous bien accompagner !

Pin, mélèze ou chêne ?

Le prix des menuiseries en mélèze est supérieur (8 à 10 % environ) au prix du pin. Dans le cas particulier des menuiseries, protégées par une lasure ou une laque, je conseille souvent de choisir le pin et la peinture en usine plutôt que du mélèze (contrairement à un bardage où le mélèze est plus adapté) non peint ou mal peint.

Le chêne est plus résistant dans la durée. Toutefois, sa performance thermique est moindre et il fait grimper la note de 30 à 40 %.

 

Peint en usine ou peint par vos soins ?

La peinture en usine a un coût, environ 5 à 7 % du total. Toutefois, soyez conscients qu'elle est appliquée au pistolet en atelier par des robots et des ouvriers spécialisés en 4 micro-couches, sur les 4 faces, pour une qualité parfaite. Le processus de mise en peinture appliquée à la maison est long et parfois difficile, pour un résultat assez quelconque à médiocre si fait à la hussarde.

A minima, optez pour la pose en usine des couches fongiques, sous peine de réduire la garantie à néant. Si vous décidez de peindre vous-même, il vous faudra apporter la preuve (facture d'achat, photos) que la peinture a été appliquée dans les 3 mois qui suivent la réception des menuiseries.

 

Laque ou lasure ?

Choisir de recouvrir ses châssis d'une laque, plutôt que d'une lasure (la lasure laisse visibles les veines du bois) permet au fabricant de travailler avec du bois abouté. Le résultat est une diminution de la facture d'environ 5 à 6 % sans nuire à la solidité de l'ensemble.

Simple ouvrant, double vantaux, coulissant ?

Les châssis fixes sont de loin les menuiseries les moins chères. Le prix d'une fenêtre un vantail est inférieur de 10 % à sa soeur à 2 vantaux. Même bénéfice si vous choisissez une porte-fenêtre formée d'un châssis fixe et d'une porte vitrée plutôt qu'une porte-fenêtre à 2 ouvertures. Les porte-fenêtres coulissantes à levage, très à la mode, majorent la facture de plus de 30 %. Vous l'avez compris, la 1ere source d'économie se situe dans le choix de la technique d'ouverture.

​© 2016 par MENGONI Jean-Claude
Mise en page par A la Belle Etoile Graphismes

  • c-facebook